Formations 2 journées « Assistance à Maîtrise d’Usage »

Article écrit le 05/11/2018 par Ludovic Gicquel , catégorie Formation initiale et continue

14 et 15 mars 2019 à Lyon

+ un temps de coaching individuel à distance en mai 2019

Programmepdf 2 pages

Formatrice : Soazig Hernandez – sociologue formatrice

Inscriptions : formation@vie-to-b.fr – Soazig Hernandez – 06 25 57 68 53

Vie to B Oxalis est organisme de formation enregistré sous le n° 82 74 02722 74 et validé par Datadock. Nos formations sont donc référençables et finançables par les OPCA.

__________________________________________________

Ils en parlent…

« Les autorités genevoises se penchaient depuis longtemps sur les raisons du taux de rénovation faible des immeubles à Genève. Un des freins identifiés découlait de la mise à l’écart des usagers dans les projets de rénovation. Moins d’intégration impliquait moins d’adhésion et donc plus de recours de la part des habitants des bâtiments rénovés et une application moins grande à utiliser leur bâtiment de manière optimale. Les propriétaires immobiliers étaient quant à eux réticents à multiplier des projets de rénovation. C’est notamment grâce à l’expertise de Vie to B (formation et accompagnement) que nous avons pu développer un accompagnement pour les usagers. Durant une session de formation riche en enseignements et des plus interactive, des AMU locaux ont reçu les bases solides pour se déployer sur sol genevois. Merci à Vie to B d’avoir accepté de partager son savoir-faire dans le domaine si complexe et parfois tendu des relations humaines dans les projets de rénovation. » –  Nicolas Velebit, Responsable Plan  Immobilier, SIG-éco21

Participer à cette formation a été une prise de conscience importante, grâce à la diversité professionnelle des stagiaires, des pluralités des langages et attentes de chacun, quant à « l’utilisation » des bâtiments. Je fais davantage confiance à mon intuition, et je cadre en amont l’exacte possibilité d’actions avec les donneurs d’ordres, avant toutes rencontres avec les habitants. J’ai approfondi mon rôle d’intermédiaire entre les habitants et les institutions, je veille à ce que les messages soient compris de part et d’autre, mais je ne prends plus la responsabilité des prises de position de chacun. Je me contente d’entretenir le lien. – Caroline Michallat, Animatrice Développement Social Urbain à la CSF Isère

Prise de conscience d’un nouveau mode de gouvernance des projets : les usagers y retrouvent une place (mais pas toujours…) Et surtout : replacer l’humain comme moteur des démarches. – Walter Picco, WPI Conseil