Sobriété énergétique : pourquoi choisir l’Assistance à Maîtrise d’Usage ?

La différence entre l’utilisation d’un bâtiment par les occupants et les prévisions conventionnelles est une des premières causes du décalage entre performances théoriques et performances réelles. Ceci est d’autant plus vrai que le bâtiment est performant. Le retour d’expérience est sans appel : les usagers doivent être impliqués. 

Dialogue batimentA nouveaux bâtiments, nouveaux usages ! Et ce pour bien des domaines de la vie quotidienne dans le bâtiment :

  • acceptation / le respect de la température de consigne l’hiver et du confort d’été ;

  • contraintes d’ouverture de fenêtres / ventilation ;

  • utilisation de sanitaires nouvelle génération (urinoirs sans eau, absence d’eau chaude) ;

  • posture face aux automatismes liés à l’éclairage, la ventilations, les stores, etc : sentiment de dé-responsabilisation ou de « dépossession » ;

  • éco-gestes : tri, réutilisation de brouillons, éco-mobilité, sobriété dans l’usage d’appareils électriques, etc.

Les sociologues (1) qui étudient en France la problématique nous invitent, pour la résoudre, à insuffler aux usagers une dynamique d’appropriation collective. Ce qui passe notamment par l’apprentissage des occupants, un meilleur passage de relais entre concepteurs, usagers et gestionnaires, une certaine autonomisation dans l’utilisation des systèmes, le suivi et l’affichage des consommations d’énergie.

Aujourd’hui (trop) peu d’opérations immobilières prennent en compte les usages, même parmi les plus ambitieuses au niveau énergétique. Pourtant, il s’agit de gravir la dernière marche de l’efficience énergétique, délicate et passionnante, qui ré-enchâsse l’humain dans l’équation qui ne saurait être seulement technique.perso_question

Évidemment, l’inclusion de chaque acteur pose de nombreuses questions :

  • Comment faire pour que les occupants s’approprient leurs espaces ? Comment les motiver sur l’objectif énergétique ? Comment améliorer encore la qualité de vie ?

  • Quel organe gère les liens usagers / bâtiment ? Comment faire remonter les doléances ? Comment sont prises les décisions ?

  • Quelles sont les contraintes imposées, quelle marche à suivre en cas de non-respect ?

Pour bien vivre la performance énergétique, les usagers doivent être impliqués sur ces questions. Et il est selon nous essentiel de coopérer pour avancer durablement.

1 – Article Vie to B : 15 références ; Documents de synthèses : G.Brisepierre – 2012 ; C.Beslay – 2013 ; A.Dujin – 2011 ; J.Rivoire – 2011

Un exemple parmi d’autres

Le bâtiment tertiaire passif « la Cité de l’Environnement»  aura mis 3 ans pour arriver à l’équilibre énergétique, alors même qu’une bonne partie des usagers est sensibilisée. Localisé à Saint Priest (69), ce bâtiment est précurseur des bâtiments de bureau à énergie positive en France et livré en 2009.
libros